Pour ses besoins futurs, le Maroc pense toujours au nucléaire

Pour assurer ses besoins futurs en énergie, le Maroc songe toujours au nucléaire. A l’occasion de la venue, du 19 au 26 octobre, d’une mission d’évaluation de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, le ministre de l’Energie, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, a souligné la volonté du gouvernement de produire de l’électricité nucléaire “à partir de 2030”, déclarant : « Convaincu du rôle important de l’énergie nucléaire pour réduire la dépendance énergétique nationale et pour lutter contre les émissions des gaz à effet de serre et l’atténuation des effets des changements climatiques, le Maroc considère l’électronucléaire comme étant une option à considérer dans le mix énergétique national à long terme ».

C’est dans cette perspective que le gouvernement marocain avait publié, le 3 septembre dernier, un décret portant création de la première Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaire et radiologique. Un accord de coopération nucléaire avait été signé avec la France en 2010. Mais les appels d’offres annoncés alors n’ont toujours pas vu le jour. Le Maroc qui importe 100% de ses besoins en énergie, mise d’abord sur les énergies renouvelables (solaire et éolien) et prévoit de porter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays de 5% aujourd’hui à 14% en 2025.

[Lire l'article]