2016 ne devrait pas être une grande année solaire, selon l’Observatoire du PV

Selon l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque, la nouvelle capacité photovoltaïque raccordée en France en 2015 a été de 853 MW, avec un dernier trimestre particulièrement déprimé qui n’a vu que 82 MW de nouveaux raccordements,   »un des volumes les plus bas jamais observé depuis 2010″. Le niveau de raccordement de 2015 (853 MW) est en baisse de 4% par rapport à 2014 (886 MW) mais nettement inférieur en 2013 (610 MW). La part de la production d’électricité photovoltaïque dans la consommation brute d’électricité ( 474,8 TWh) a continué à progresser, pour atteindre 1,6% contre 1,3% en 2014. L’Observatoire souligne que le parc photovoltaïque se développe aujourd’hui à un prix de revient compétitif voire inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables et que les nouvelles installations nucléaires présentent un prix d’environ 110 à 120 €/MWh pendant 35 ans, comme l’illustre le contrat signé entre EDF Energy et le gouvernement britannique.

Au niveau mondial, en revanche, le marché a connu une forte croissance (+34%), avec 59 GW de nouvelles installations, contre 40 GW en 2014. Première énergie électrique installée dans le monde en 2014 (en terme de nouvelles capacités installées), elle devrait conserver cette première place en 2015.

Pour l’année 2016, la prévision de l’Observatoire est « teintée de pessimisme », puisque  le volume raccordé n’atteindrait que 700 MW et ce difficilement.

Cependant, la liste d’attente repart à la hausse, après une baisse constante depuis fin 2013. Il y a davantage de projets qui entrent dans la file d’attente que de projets qui en sortent. Cette hausse est observée dans tous les segments (hors RTE). Selon l’Observatoire, « au regard des chiffres très bas de raccordement, cette hausse ne peut être que le témoignage d’un espoir en l’avenir. Les annonces gouvernementales ont pu inverser la tendance de manière structurelle. La fin des tarifs d’obligation d’achat a pu également constituer un levier conjoncturel ».

[Lire l'article]