Italie : le referendum sur les plateformes offshore échoue

Le 17 avril les électeurs italiens étaient menés à se prononcer sur l’abrogation de la loi – fortement soutenue par le gouvernement de Matteo Renzi – qui concède aux pétroliers le droit d’utiliser les gisements d’hydrocarbures sans aucune limitation dans le temps, à moins de 12 milles des plages italiennes, c’est-à-dire aussi dans des zones qui devraient être protégées. Il existe actuellement 92 plateformes à moins de 12 milles de côtes italiennes, et les sociétés exploitantes bénéficiaient de concessions arrivant à échéance entre 2018 et 2034. Actuellement, on compte 69 concessions de prospection dans les eaux territoriales italiennes, la plupart concernant le gaz, indique le ministère de l’Industrie. Sur ce total, 44 se trouvent à moins de 20 km des côtes, et la plupart sont attribuées à la société italienne d’hydrocarbures ENI.

Cette loi qui est entrée en vigueur en février dernier, permet aux concessionnaires d’exploiter le gaz et le pétrole des gisements offshore jusqu’au tarissement des puits et non plus pour la durée des concessions octroyées par l’État.

16 millions d’Italiens se sont prononcés, mais comme ils ne représentent que 32,15% du corps électoal, le quorum de 50% de participation nécessaire pour que la consultation soit valide n’a pas été atteint et le referendum a donc échoué. La seule région où le quorum a été dépassé est la Basilicate (sud), avec 50,4% de participation. Dans les Pouilles, une région très concernée par les forages offshore, la participation a atteint 41,64%, un autre taux élevé, mais en-dessous du quorum de 50%.

Tandis que le Président du Conseil, Matteo Renzi, qui avait appelé à l’abstention, se réjouit du résultat, les associations écologistes font valoir que l’italie va pouvoir continuer à exploiter le gaz et le pétrole, au mépris des engagement pris lors de la Cop 21 de Paris. L’Italie importe 90% de ses besoins énergétiques. La production pétrolière dans la zone maritime de 20 km représente actuellement 1% de la consommation de l’Italie et la production gazière 3% de la consommation du pays.

[Lire l'article]